Le fournil
Le fournil d'Oberkleinich dans la circonscription de Bernkastel-Wittlich, a été reconstruit à l'écomusée pendant l'hiver 1997/98. C'est un petit bâtiment d'un étage en moellons d'ardoise. Il n'y a qu'une pièce à l'intérieur, dont le tiers au fond est occupé par le four. Au départ, il appartenait à cinq boulangers coopérateurs qui l'avaient construit eux-mêmes en 1932.

La nouvelle construction était devenue nécessaire après que le fournil d'Adolf Weirich, dans le voisinage, ait été démoli. Ce dernier avait construit une nouvelle maison d'habitation en 1928 et la fumée de son ancien fournil pénétrait sans cesse dans les pièces du premier étage. Lorsque ses voisins se déclarèrent prêts à participer à une nouvelle construction, celle-ci commença en 1932.

Tandis que les motifs d'Adolf Weirich étaient plutôt de nature pratique, la décision de ses voisins de participer à la construction donne une idée intéressante des modifications économiques et culturelles qui eurent lieu au début des années 30 dans la région antérieure de l'Hunsrück. L'exemple d'Edmund Meurer d'Oberkleinich le prouve clairement. Comme dans la plupart des fermes, il y avait encore dans sa cuisine, dans les années 20, une cheminée ouverte. C'est à cette époque que se répandirent progressivement les poêles encastrés économiques et les fourneaux en fonte. Si les cuisines avaient été jusque là des pièces sombres et enfumées, à partir desquelles l'odeur du feu se répandait dans toute la maison et dans lesquelles une couche de suie se déposait sans cesse sur tous les ustensiles, avec les nouveaux poêles, la fumée se dégageait par la cheminée sur le toit grâce à un conduit. Seule la cuisson du pain provoquait des saletés car à Kleinicher Kirchspiel, le four était souvent construit accolé à la maison afin de pouvoir être alimenté à partir de la cuisine. Pour faire de la cuisine une pièce définitivement sans fumée, il se joignit à la coopérative du fournil. Le vieux four fut muré puis démoli.

Backhaus

Suite à la disparition du foyer et de la fumée dans la cuisine, celle-ci perdit son caractère de pièce exclusivement réservée au travail. On pouvait maintenant s'y tenir, ce qui permit de transformer l'ancienne « Stube » en salle de séjour. Du fait des modifications des fonctions des pièces, toute la maison et donc la vie quotidienne changèrent radicalement. Le logement fut dorénavant d'une toute autre qualité.

L'ironie du sort veut que ces changements eurent lieu à une époque caractérisée par la crise économique, un fort taux de chômage et la misère. On peut constater que le bâtiment n'a pas été construit à une période florissante. Lors du démontage, on s'est aperçu que non seulement les pierres du four du fournil démoli avaient été utilisées pour construire le mur du nouveau, mais aussi des auges en grès cassées et autres pierres de démolition. Le mur du four est en partie en ardoise, en partie en briques et en pierre ponce. Le cœur du fournil, le four, a cependant été construit par des spécialistes même à ce moment-là : par l'entreprise de constructeurs de fours Edmund Frey de Bell dans l'Eifel. La reconstruction du four au musée a également été confiée à une entreprise de Bell. L'entreprise Hermann Heufft, la dernière de l'ancien village de constructeurs de four, a placé le four en mai 1998 afin que le fournil puisse être inauguré le 12 juin 1998 pendant la fête organisée à l'occasion du 25e anniversaire du musée.