La forge

Le bâtiment était à l'origine une simple maison de laboureur en lisière du village d'Irmenach. Il n'a été transformé en forge qu'en 1928, après le décès de sa dernière propriétaire. L'exposition montre une clouterie de l'Hunsrück datant des années 30.

On y fabriquait entre autres des clous pour les charpentiers, les couvreurs et les cordonniers. Les photos du bas montrent l'intérieur de la forge telle qu'on peut la visiter à l'écomusée.

Le bâtiment a été construit en 1807 et servait à l'origine de simple maison d'habitation en lisière du village d'Irmenach (circonscription Bernkastel-Wittlich).

Schmiede

L'ancienne maison Franz était la maison d'habitation du citoyen sans droit Michel Franz dont la fille, Susanna Franz, était fille-mère. Après ce premier enfant naturel, elle eut deux autres filles naturelles en 1800 et 1808. L'opinion officielle de l'époque sur les filles-mères s'exprime dans l'inscription du troisième enfant au registre des naissances de l'église :

« Maria Katharina : une fille naturelle de la prostituée aux mœurs légères Susanna Franzin, fille de Michel Franzen, forgeron cloutier. C'est la troisième fois que cette femme sans morale met au monde un enfant naturel. »

Susanna Franz, née juste avant 1800, mit aussi au monde une fille naturelle en 1828, baptisée du nom de la grand'mère Anna Katharina. Celle-ci à son tour, à 20 ans à peine, eut une fille sans être mariée.

Susanna Elisabetha Franz, née en 1848, vécu jusqu'en 1918. Certains habitants âgés d'Irmenach l'ont encore connue sous le nom de « Sosies Lies ». Jusqu'à sa mort, elle fut messagère et allait entre autres toutes les semaines avec sa carriole à Trarbach pour y vendre le beurre fabriqué par des paysans d'Irmenach. Elle y exécutait probablement aussi d'autres missions qu'on lui avait confiées et faisait du petit commerce.

Il va sans dire que "Sosies Lies" est aussi restée vieille fille et qu'elle avait un enfant naturel.

Schmiede

Ce n'est que vers la fin des années 20 du XX siècle que le bâtiment fut transformé en atelier. Si on le compare avec la maison « Molz » qui n'était distante à l'origine que de quelques kilomètres, on s'aperçoit qu'au Moyen Age et au début des temps modernes, il y avait des différences sociales dans les régions rurales également, ce qui donna naissance à deux groupes sociaux. La surface de 66 m² seulement indique qu'il s'agissait d'une maison d'habitation d'un laboureur (plus tard, citoyen sans droit), une personne appartenant à la couche sociale inférieure dans le village.

Dans la petite forge qui se trouve aujourd'hui à l'écomusée du Roscheider Hof, on constate aisément la relation entre le statut social et le mode d'habitation des personnes. L'appartenance à une certaine couche sociale déterminait quasiment le logement et vice-versa.

Schmiede

Lorsqu'un paysan du voisinage acheta le bâtiment à la mort de la dernière habitante, la prénommée « Sosies Lies », et le transforma en forge, il y fît des modifications : la porte se trouvait autrefois à droite, à la place de la fenêtre. On y reconnaît encore l'encadrement. La large porte d'entrée a remplacé une fenêtre en 1928.


Construite : 1807
Transformée : 1928
Démontée : 1986
Reconstruite : 1988
(Circonscription Bernkastel-Wittlich)


Vidéos:

Schmieden im Freilichtmuseum Roscheider Hof (Lebende Geschichte 2009)