Centre des Visiteurs
Le hall des véhicules est une salle destinée à diverses activités de l'écomusée. C'est là que sont présentées des expositions temporaires et qu'ont lieu des manifestations importantes. En cas de mauvais temps, c'est ici que l'on peut aussi transférer rapidement des manifestations prévues à l'extérieur.

L'eau-de-vie et viez
La fabrication du Viez, le nom francique du cidre, et de l'eau-de-vie de fruits a une longue tradition dans la région. Les nombreux fruits, pommes, poires, prunes, mirabelles et autres arbres bons fruits, proviennent principalement des vallées tempérées de la Moselle et de la Sarre. Ce sont les Romains qui implantèrent ces divers fruits originaires du Sud.

La viticulture
La culture ininterrompue de la vigne dans les vallées de la Moselle et de ses affluents date de l’époque où les Romains l’ont importée dans les provinces belges et germaniques. La viticulture a donc marqué le paysage de ces régions depuis plus de 2000 ans.

Épicerie
Jusque dans les années 50, l'épicerie de campagne était un endroit où on ne s'approvisionnait pas seulement, mais où on demandait aussi des nouvelles du grand père malade dans le voisinage ou si la vache du maire avait déjà vêlé. Les gens disposaient de plus de temps, les produits étaient réunis au comptoir et souvent on faisait marquer les dépenses et on ne payait que quand la somme avait atteint un certain montant.

Piété populaire
Le sujet de cette salle souligne la grande importance de la vie religieuse, en particulier dans la province ecclésiale de Trèves. Jusqu'aux Traités de Westphalie, en 1648, les évêchés de Metz, Toul et Verdun faisaient également partie de l'archevêché de Trèves. Beaucoup de monastères de Trèves possédaient aussi des biens de l'autre côté de la frontière, en Lorraine et au Luxembourg.

Des bancs en bois bien alignés, les chiffons de tableaux correctement attachés aux tableaux en ardoise et le bureau légèrement surélevé par rapport à la classe : voilà comment se présente une salle de classe de l'époque impériale.


La vie culturelle des habitants
Salon Biedermeier
Dans cette salle d'exposition, les meubles forment une symbiose intéressante avec la pièce étant donné que le parquet, le stuc des plafonds, les panneaux de portes et les fenêtres datent encore de l'époque de la construction du logis du Roscheider Hof, dans les années 20 du XIXe siècle.

Salons (neo-)Biedermeier
Salon Biedermeier avec table mise pour le café
Dans cette salle est exposé un salon datant de 1840 environ avec une table mise pour prendre le café. La période post-empire est caractérisée par des habitudes de vie bourgeoise humble et par le dénuement parfait. Le goût pour le confort intérieur, la vie de famille et les relations avec les amis se reflète dans le mobilier également.

Le café du village dans les années 30
Le café, dans les années 30, était le lieu où se déroulait la vie sociale du village. C'est là que l'on se rencontrait pour échanger les nouvelles, que l'on faisait la fête et que l'on réglait aussi maints conflits. Mais le café était surtout réservé aux hommes. Les femmes qui s'y rendaient régulièrement avaient vite une mauvaise réputation. L'air était lourd de fumée de cigarettes et de cigares et, sur les tables, se trouvaient les « porz » à Viez, les verres de bière ou d'eau-de-vie.

L'horloge de clocher
Avec une montre numérique au poignet, il est quasiment impossible d'imaginer que la population rurale s'est orientée pendant des siècles sur la position du soleil ou sur la sonnerie de midi et du soir des cloches d'églises. Ce n'est qu'au XVIIIe siècle que des horloges ont été parfois installées sur les clochers des plus grandes églises paroissiales.

Artisanat au XXe siècle (1)
Il n'y a rien d'étonnant à ce que l'on regarde ce qui s'est passé pendant un siècle qui vient de s'écouler. Le musée a commencé en l'an 2000 la mise en place d'une exposition de diverses activités et artisanats qui s'étaient établis au cours des cent années précédentes en particulier dans les zones rurales. Il s'agit des bouchers, coiffeurs et horlogers ainsi que des pharmaciens, photographes et dentistes.

Salle de tissage
Jusqu'à la fin du XIXe siècle, le tisserand était certes un métier très répandu, mais on tissait également dans la plupart des ménages pour les besoins personnels.


Le monde des enfants
L’exposition "Le monde des enfants" présente des jouets, séparés entre jouets pour les garçons et jouets pour les filles afin de respecter les rôles traditionnels.





Exposition de figurines en étain
L’exposition de figurines en étain (musée des étains) issues de la collection du Prof. Dr. Gerteis a été inaugurée le 8 mai 2005. Dans le grenier de 220 mètres carrés de la ferme, on peut admirer des milliers de figurines, pas seulement des petits soldats de plomb, mais "un petit monde en étain". La collection (de plus de 40.000 figurines maintenant) connue des collectionneurs et exposée depuis une décennie à Aach, a trouvé ici un nouveau logement attrayant.

L'histoire de la lessive
Pour pouvoir se faire une idée du travail et du labeur que représentait la lessive pour les femmes, il faut se remémorer le jour de lessive tel qu'il se déroulait encore dans les années 50 du XXe siècle.

Fournil Gail de Polch im Maifeld
A la fin de l'exposition sur l'agriculture se trouve, dans une salle séparée, le fournil de l'ancienne boulangerie Gail de Polch dans le Maifeld, qui a été reconstruite dans l'état des années 30. L'artisan boulanger, Wilhelm Gail, avait fait construire par l'entreprise de construction de fours Karl Rotbrust de Bell, un village à proximité, un nouveau four à vapeur à deux étages superposés. Il était chauffé latéralement au charbon. Sur le four se trouve le réservoir d'eau pour fabriquer la vapeur.

Jouets du monde
L’exposition présente la collection de jouets de Barbara Schu, professeur à la Fachhochschule de Cologne. La conceptrice de textiles avait regroupé plus de 5000 personnages jouets lors de ses voyages dans le monde. Au départ, elle avait fait don de sa collection au musée Rautenschrauch-Joest de Cologne.

Artisanat au XXe siècle (2)
Le regard sur la vie autrefois et présenté depuis 10 années dans notre ruelle bordée de magasins a suscité un grand intérêt auprès des visiteurs, de sorte que la direction du musée a décidé d’installer à l’aide de nos objets conservés et grâce à l’acquisition complète de magasins récemment fermés, une série supplémentaire de magasins dans de cabines individuels à l’étage supérieur de l’aile est. A cette occasion, la présentation de la vie artisanale, il y a une ou deux générations, a été enrichi par 12 autres scénarios. tert werden:

Magasin de chapeau
Dans l’arc du portail donnant sur la cour intérieure se trouve depuis 2015 en printemps, la chappellerie « Georg » venant de la rue « Brotstraße », numéro 26, à Trèves. Le magasin a été tenu depuis plus de six générations par la famille Georg. Früher haben sie möglicherweise auch selber Hüte hergestellt. À l’époque, ils ont éventuellement fabriqué eux-mêmes les chapeaux.

A partir de la roseraie, le circuit conduit au bâtiment d'exposition. C'est là, dans cette ancienne écurie du Roscheider Hof, que se trouvera l'exposition « plaques de foyers et plaques à taque ».