Historique de la bâtiment principal

La ferme "Roscheider Hof" sert aujourd’hui à des expositions. Elle est composée de plusieurs bâtiments.

Une ferme à cour fermée est entourée par les bâtiments principaux auxquels viennent s’ajouter une grange en longueur (entrée du musée et ateliers), un petit bâtiment de pesage contenant une collection de vieilles balances et l’ancien dépôt de fumier aujourd’hui transformé en centre de visiteurs. La ferme à cour carrée, avec une longueur de côtés de 40 m et à deux étages, est le plus grand bâtiment de l’écomusée. >br>
Elle contient aujourd’hui, sur 3.500 m², des expositions thématiques, le restaurant du musée et les bureaux administratifs du musée. A l’inverse des autres bâtiments, le Roscheider Hof n’a pas été transféré au musée mais il a toujours été construit sur son site actuel et forme donc la cellule initiale du musée.


Geschichte des Hofguts


Le Roscheider Hof est cité pour la première fois dans un acte datant de 1330. Jusqu’à la période de la Révolution française, en 1794 (les troupes de la Révolution occupèrent à l’époque la région de Trèves), il s’agissait de la ferme d'une exploitation agricole du couvent de Bénédictins St. Matthieu à Trèves qui existe encore aujourd’hui. L’exploitation a été mise en bail pendant des siècles et les terres servaient à la culture de céréales, à l’élevage et, pendant un certain temps, à la viticulture. Les preneurs devaient verser des revenus annuels en nature au couvent St. Matthieu (céréales, un porc) et devaient également exécuter des corvées sur les champs exploités directement par le couvent. Après la période d’appartenance au couvent, la ferme a été vendue aux enchères en 1805, pour le compte des caisses de la France. Elle fut achetée par Nicolaus Valdenaire, un soldat français arrivé à Saarburg en 1801 et qui s’y était marié, pour la somme de 8500 Francs, y compris 28,8 ha de champs, 35,04 ha de prés et 0,54 ha de vignobles. Nikolaus Valdenaire agrandit la propriété, en achetant d'autres terres agricoles, et le Roscheider Hof lui-même en faisant un certain nombre de constructions. Lui-même et son fils jouèrent un rôle important pendant la révolution de 1848 : ils étaient députés au parlement de la province, à la diète, à l’assemblée nationale de Prusse à Berlin et au sein du premier parlement allemand dans l’église St. Paul à Francfort.

Pour leurs activités démocratiques, ils furent jetés pendant un certain temps en prison… A partir de 1865 et jusqu’en 1871, le Roscheider Hof fut occupé par une école d’agriculture privée et fut ensuite exploité par différents propriétaires qui mettaient souvent en bail la ferme et les terrains de 150 ha environ. Il cessa d’être une ferme lorsqu’une grande partie des anciennes terres agricoles fut construite (nouveau quartier de Konz-Roscheid) et que la ferme fut transformée en écomusée.


Geschichte des Hofguts


Le bâtiment le plus ancien du complexe actuel est la partie nord-est de la ferme à cour fermée. Les travaux de rénovation en 1978 mirent à jour des parties de bâtiments que l’on peut dater du début du XVIe siècle ou même avant. Ainsi, par exemple, une petite fenêtre murée avec des jambages de la fin du gothique (mur extérieur du côté du chemin). L’aile nord de la ferme fut construite en 1819 par Nikolaus Valdenaire pour servir de logis (on y trouve aujourd’hui l’exposition « Textiles » et « Intérieurs »), l’aile sud-ouest est datée de « 1922 ».

Le reste de la ferme a été probablement construit au XIXe et au début du XXe siècle. Si vous voulez en savoir plus sur l’histoire du Roscheider Hof, nous vous conseillons de consulter notre publication "Der Roscheider Hof; Benediktinergut, Bauernschule, Freilichtmuseum", disponible au magasin du musée.