La vie culturelle des habitants

La vie culturelle des habitants Dans cette salle d'exposition, les meubles forment une symbiose intéressante avec la pièce étant donné que le parquet, le stuc des plafonds, les panneaux de portes et les fenêtres datent encore de l'époque de la construction du logis du Roscheider Hof, dans les années 20 du XIXe siècle.

Des fenêtres relativement grandes avec des rideaux transparents, des meubles clairs en poirier, cerisier ou frêne qui pourraient cependant, dans la région de Trèves, du fait de l'influence française, être des meubles en noyer et en acajou, ainsi que le fait que la pièce soit peu remplie, sont caractéristiques des intérieurs bourgeois de l'époque Biedermeier. Cette période, de 1815 à 1850 environ, se caractérise par des intérieurs sobrement meublés et un certain dépouillement au sens de la nouvelle bourgeoisie.

La pièce est fortement marquée par le salon dans la partie arrière qui se compose d'un divan de la fin de l'époque Biedermeier (vers 1850), d'une table et de quatre chaises. A côté est pendue une horloge comtoise avec un cadran en émail et un cadre en tôle de laiton martelée. Ces horloges étaient en général importées de France et encastrées ensuite dans des boîtiers par des ébénistes locaux afin de s'accorder avec les autres meubles. La petite clochette très décorée, à côté du divan, est caractéristique d'un époque à laquelle les bourgeois disposaient de serviteurs qui recevaient un salaire très bas.

Le secrétaire est également fortement caractéristique du style empire français. Comme beaucoup de secrétaires de cette époque, il possède aussi un compartiment secret. Le tiroir caché se trouve derrière l'escalier qui mène qui mène au portique décoratif.

Le poêle d'époque est un poêle en fonte à étages ou circulation d'air qui chauffait particulièrement bien du fait de sa grande surface. Les différents segments sont décorés d'ornements et de motifs mythologiques typiques de l'époque. Sur le socle, par exemple, on reconnaît un Neptune avec sa fourche à trois dents. Un grand nombre de poêles de ce type ont été construits dans l'usine sidérurgique de Quint, à proximité de Trèves.

Chambre à coucher Biedermeier
Les chambres sont en premier lieu destinées au coucher et pourtant, dans le milieu bourgeois de l'époque Biedermeier tardive, elles sont richement meublées. Dans ces pièces également, on sent le retour à la sphère privée de ces années-là.

Les meubles sont principalement en bois d'arbres fruitiers. Dans le placard en noyer se trouve la robe de la mariée qui nous observe sur la photo de mariage se trouvant au-dessus du lit. Les chaussures de la mariée sont en soie blanche de l'atlas.

Le lit est à cette époque encore d'un seul tenant. Ce n'est que dans la seconde moitié du siècle qu'apparurent les deux lits conjugaux jumeaux. Du fait de l'étroitesse du lit, qui avait des avantages l'hiver en particulier, des « croisillons » empêchaient les personnes de tomber pendant leur sommeil.

A côté de la commode avec son miroir qui jouait un rôle important pour les femmes, la « cuvette » est intéressante. Non seulement elle jouait le rôle de ce qui est devenu plus tard le lavabo, mais elle remplaçait aussi la baignoire.



chambre des années du Gründerzeit
Le style des années du Gründerzeit était marqué par la fierté née de la création de l'Etat nation en 1871. Tout pouvait alors être plus grand, plus imposant et plus majestueux. Le caractère du nouveau style correspondait aux sentiments des couches moyennes ou supérieures des bourgeois toujours plus riches. Des meubles massifs, des panneaux sombres et des couvertures en velours lourdes sont l'expression de ce nouveau sentiment.