L'eau-de-vie et viez

Fabrication de l'eau-de-vie et du viez: La fabrication du Viez, le nom francique du cidre, et de l'eau-de-vie de fruits a une longue tradition dans la région. Les nombreux fruits, pommes, poires, prunes, mirabelles et autres arbres bons fruits, proviennent principalement des vallées tempérées de la Moselle et de la Sarre.

Ce sont les Romains qui implantèrent ces divers fruits originaires du Sud.

L'art de distiller ne s'est cependant développé en Europe centrale qu'à la suite des Croisades. Les Croisés en avaient pris connaissance en Orient où l'alcool obtenu servait en premier lieu à des buts médicinaux. Le mot « alcool » a une racine arabe et signifie « l'état le plus pur d'une chose ». Au plus tard depuis la Guerre de Trente Ans, l'alcool a été utilisé comme stupéfiant et a fait beaucoup de ravages au sein de la population rurale, principalement dans les temps de misère.

On raconte qu'au XIXe siècle, on buvait parfois de l'eau-de-vie dès le petit déjeuner. Dans l'Hunsrück, la phrase « De Branntwein schon getrunk' » (Déjà bu ta gnôle ?) servait déjà de salutation matinale. Lors de certaines cérémonies officielles telles la prise de service des domestiques, la demande en mariage ou la veille des défunts, la carafe d'eau-de-vie ne manquait jamais.

La distillation clandestine était déjà interdite avant la Révolution française pour des raisons de santé. Depuis 1992, la « loi sur le monopole des eaux-de-vie » est en vigueur en Allemagne. Elle n'autorise que l'Etat et les distilleries licenciées à fabriquer des eaux-de-vie à haute teneur en alcool. Mais il y a toujours eu des époques où le bouilleur de cru exerçait ses activités clandestinement.