Épicerie

Jusque dans les années 50, l'épicerie de campagne était un endroit où on ne s'approvisionnait pas seulement, mais où on demandait aussi des nouvelles du grand père malade dans le voisinage ou si la vache du maire avait déjà vêlé. Les gens disposaient de plus de temps,

les produits étaient réunis au comptoir et souvent on faisait marquer les dépenses et on ne payait que quand la somme avait atteint un certain montant. Parmi les produits présentés ici, beaucoup de marques sont encore connues aujourd'hui. « Sil », « Persil » et « Immi » ont une longue tradition tout comme « Dr. Oetker » et « Maggi ». On vendait dans ce magasin également des tapettes à souris et des attrape-mouches, du tabac à priser et des plantes à infusion, des manches à fouet, du safran, des bougies, des mouchoirs, de la cire pour les bottes et beaucoup d'autres choses encore. La plupart des produits étaient vendus « au détail », non emballés. Si l'on voulait acheter de l'huile, il fallait apporter sa bouteille que l'on remplissait directement du bidon d'huile de salade et ménagère. Les harengs, les cornichons et la choucroute étaient sortis directement des fûts ou des récipients en grès.

Videos:

Trierisch mit Helmut Haag als Fischer's Maathes


Lieselotte Haupers - Dat Mißverständnis - Das Missverständnis (Trierisch)