Imprimer 
Bâtiment Schu-Schmitten
Pendant l'été 1999, l'écomusée a démonté ce bâtiment annexe en pierres dans le quartier d'Oberemmel à Konz. Il date de 1734. Accolé à un talus, le sous-sol était utilisé en tant que cave de plein pied.

Le premier étage accessible par une entrée latérale raide était à l'origine un atelier mais il a aussi servi temporairement de chambre à coucher et plus tard de poulailler. La reconstruction du bâtiment a commencé en 2000.

Les photos montrent le bâtiment pendant le démontage sur son site d'origine.

La maison Schu-Schmitten vient d'Oberemmel. Il s'agit d'une annexe de ferme telle qu'on la rencontre couramment dans notre région. Schu-Schmitten est le nom de la maison qui remonte au début du XIXe siècle.

Au rez-de-chaussée, la maison a deux portes qui conduisent aux caves en voûte dont le sol est en terre battue. Les voûtes, probablement construites sur de la roche naturelle, ont sans doute toujours servi de cave à provisions pour les pommes de terre, les betteraves fourragères , etc. Le tonneau de Viez y trouvait également sa place. Une troisième cave en voûte, découverte lors du démontage de la maison, partant sur le côté de la cave de gauche, n'a pas encore livré tous ses secrets quant à son utilisation. Il est étonnant de constater qu'elle allait jusque sous le terrain des voisins et peut-être même plus loin. Lors du démontage, nous n'en avons découvert l'entrée que parce qu'elle était murée d'une façon différente. Cette cave a probablement servi de lieu secret, pendant les années de misère, dans lequel on cachait des aliments et autres biens précieux.

Garten des Saargauhauses

Le père du dernier propriétaire de la maison, M. Hermann Zimmer, a pu nous donner un certain nombre d'informations sur cette maison et son utilisation : au début du XIXe siècle, le 1er étage accessible par une porte située sur la gauche en haut de la pente, servait de chambre à coucher pour les quatre fils de la famille. On raconte qu'ils ont ensuite émigré vers l'Amérique. Une fois que le 1er étage ne servait plus de chambre à coucher, on y a installé un atelier. Pendant une certaine période, il contenait un grand métier à tisser construit avec d'énormes poutres de chêne.

Les murs de la maison sont construits en gros blocs de schiste que nous avons transportés au musée. Les pierres manquantes ont été remplacées par celles récupérées lors du démontage de murettes de vignobles. Les murs n'étaient que partiellement crépis. L'encadrement des portes et des fenêtres est en bois de chêne. Sur le linteau au-dessus de la porte de droite, on déchiffre l'année 1784. L'année de construction a été confirmée par une analyse par dendrochronologie.

Au-dessus du linteau se trouve une petite pierre de grès sur laquelle est gravée une flèche tournée vers le haut. Il s'agit d'une des marques habituelles des maisons d'Oberemmel que l'on retrouve également sur le « chapelet » encore existant qui jouait un rôle important car il indiquait l'ordre dans lequel étaient distribuées les parcelles d'exploitation de la forêt appartenant à la communauté des fermiers.

Le toit, dont on ne voit pour le moment que les pannes et les chevrons, était à l'origine recouvert de chaumes. Après l'incendie du bâtiment voisin en 1858, il a été couvert avec des tuiles plates de Merzig. C'est cette couverture qui a été utilisée lors de sa reconstruction.

Impressions:

Simple Image Gallery Extended