Historique de la bâtiment principal
La ferme "Roscheider Hof" sert aujourd’hui à des expositions. Elle est composée de plusieurs bâtiments. Une ferme à cour fermée est entourée par les bâtiments principaux auxquels viennent s’ajouter une grange en longueur (entrée du musée et ateliers), un petit bâtiment de pesage contenant une collection de vieilles balances et l’ancien dépôt de fumier aujourd’hui transformé en centre de visiteurs. La ferme à cour carrée, avec une longueur de côtés de 40 m et à deux étages, est le plus grand bâtiment de l’écomusée.

Lire la suite : Historique de la bâtiment principal

pavillon Clambour
Le pavillon à colombages rectangulaire classé monument historique se trouve très près de l'entrée du musée. Il a été reconstruit à cet endroit en 2000 après avoir été démonté deux ans plus tôt dans le centre de la ville de Konz. Il était annexé à la prénommée Maison Clambour qui a été démolie entre-temps.

Lire la suite : pavillon Clambour

Le sentier vert
Le trajet qui mène à l'écomusée conduit tout d'abord sur le « chemin vert » et à travers la prairie parsemée d'arbres fruitiers.

Lire la suite : Le sentier vert, champs et vergers du musée

Chapelle du "Bon Pasteur"
La chapelle du "Bon Berger" se trouve un peu cachée à gauche du chemin, à l'entrée du village de l'Hunsrück. Il s'agit d'un petit bâtiment entouré d'arbres, à trois côtés fermés. Elle devait être remplacée par une nouvelle chapelle et a été sauvée au dernier moment de la pelle mécanique.

Lire la suite : Chapelle du "Bon Berger"

La chapelle à colombages
La chapelle date de 1730 environ et vient de Bürder, à quelques kilomètres au nord de Neuwied. Elle a été amicalement offerte par le diocèse de Trèves et a été remplacée par une nouvelle petite chapelle. Bürder se trouve cependant sur la rive droite du Rhin, une zone externe à celle couverte par l'écomusée. Lorsque la chapelle lui a été proposée, le musée a dû se poser la question que se pose tout écomusée :

Lire la suite : La chapelle à colombages

Cimetière près de la chapelle à colombages
Autour de la chapelle de Bürder, on a reconstitué un petit cimetière. Des pierres tombales de trois siècles y ont été regroupées. Certaines ont été offertes au musée, d'autres sont apparues lors du démontage de maisons pour lesquelles elles avaient, semble-t-il, été utilisées une seconde fois.

Lire la suite : Cimetière près de la chapelle à colombages

Jardin de plantes médicinales
Jardin de plantes médicinales Le jardin de plantes médicinales du Roscheider Hof compte plus de 100 espèces de plantes qui ont joué ou jouent encore un rôle important, depuis le Moyen Age jusqu'à nos jours, en tant que plantes médicinales, herbes aromatiques ou plantes de jardins de sorcières.

Lire la suite : Jardin de plantes médicinales

Roseraie
A la place de l'ancien potager de la ferme se trouve maintenant une roseraie dans le style Biedermeier. Les chemins bordés de buis délimitent les surfaces symétriques et conduisent au cadran solaire en métal qui se trouve au centre du jardin. Au mois de juin, la roseraie embaume du parfum de 8000 rosiers et invite à en jouir, à mi-chemin entre le bâtiment d'exposition et l'écomusée. Au printemps, elle est garnie de jonquilles et de tulipes.

Lire la suite : Roseraie

 Bornes frontières
Nous efforçant de conserver pour les générations actuelles et futures des témoins historiques et cultureIs importants du passé, nous avons eu l’idée d’exposer des anciennes bornes frontières historiques sur notre terrain. Il était certain dès le départ que nous devions nous limiter à quelques exemplaires typiques.

Lire la suite : Bornes frontières

Pavillon Maret
Pendant l'aménagement de la roseraie en 1978, on attira l'attention du musée sur un pavillon de jardin de style Biedermeier à Trèves. Le petit bâtiment presque carré a été construit en 1830 dans le jardin de Johann Wilhelm Maret (1799 - 1848), "fabricant de massepain et de chocolat" à Trèves. Il appartenait à la bourgeoisie aisée de la ville et on peut facilement imaginer la vie sociale qui se déroulait au pavillon pendant les chaudes soirées d'été.

Lire la suite : Pavillon Maret

abeilles était instructif

Le but de la ruche (d’apprentissage) de 6 x 9 mètres est de convaincre le grand public de l’importance des abeilles pour tout l’écosystème et de la signification de leur activité pollinisatrice pour des plante sauvages et cultivées. En même temps, ce sont surtout des jeunes personnes qui doivent être emballés par l’apiculture et amenées dans ce domaine. Ceci est la seule faςon d’assurer durablement l’apiculture et une nature riche en biodiversité. Pour les visiteurs « normaux » du musée, il y a plusieurs ruches, des panneaux d’information sur le travail de l’apiculteur ainsi qu’une prairie méliffère devant l’entrée.

Lire la suite : Les abeilles sont instructives

 Aktuelles



Projekt DiMiDo des Studierendenwerks


DiMiDOo

Wir sind ab sofort Partner im Projekt DiMiDo dem Kultursemesterticket für Trierer Studis: Studierende aller Standorte der Hochschule Trier, der Universität Trier und der Theologischen Fakultät haben am Dienstag, Mittwoch und Donnerstag freien Eintritt.